Vin biologique

Avant la législation européenne de 2012 sur le vin biologique, seule la production des raisins était encadrée par le cahier des charges européen de l’agriculture biologique, et excluait le recours aux engrais et pesticides de synthèse ainsi qu’aux OGM. Aucune règle n’encadrait la phase de vinification. La législation de 2012 a comblé ce vide en fixant un certain nombre de règles concernant la vinification du vin bio : limitation des additifs utilisables (dont le souffre, mais avec des doses maximales de SO² total tolérées qui restent élevées), interdiction de technologies comme l’électrodialyse, la désalcoolisation partielle, la concentration par le froid,… et obtention de la certification « vin biologique » après contrôle par des organismes indépendants (Ecocert, Agrocert, …).

Cela a permis de franchir un pas significatif mais a toutefois ses limites : la liste d’additifs autorisés est longue et ne comprend pas que des produits exempts de critique : différents acides, sulfites et citrates peuvent ainsi être ajoutés au vin, tout comme des levures, du sucre et des copeaux de chêne pour donner un goût de bois…. En clair il est possible de retrouver derrière un label AB un vin bio avec une approche « industrielle » et des taux d’additifs relativement élevés…

D’où l’importance de connaître le vigneron et la façon dont il travaille, à la vigne comme au chai. C’est en tout cas clairement notre engagement chez Vinibee. Pour en savoir plus consultez notre infographie « comprendre le vin naturel » qui explicite les différences de culture et de vinification entre le vin conventionnel et le vin bio, biodynamique ou naturel.

show blocks helper

Couleurs +

Budgets +

Goûts -

Vignobles -

Occasions -

Accords mets & vins -

Appellations -

Cépages -